M'abonner aussi à
Vap’zine
Salut c'est cool : interview touriste

Interviews

Salut c'est cool : interview touriste

Le 09.10.15

On a taillé une bavette avec les punks de Salut c’est cool, juste avant leur concert à La Vapeur. Au programme : fajitas aux poivrons, Gigi d’Agostino et Philippe Katerine.
Propos recueillis par Sparse.fr

À Dijon il fait moche. Parfois. Souvent. Trop souvent. La vie parisienne est-elle plus ensoleillée ?

Ça dépend si tu allumes la lumière chez toi ou pas.

Mon concert préféré, c'était il y a deux ans au Consortium pendant le festival GéNéRiQ, avec… merde… mais c'était avec vous les mecs ! Vous avez balancé de la bouffe sur le public, c'était quoi déjà ? Des galettes, des crêpes, des fajitas ?

Hé merci ! Non on ne balance pas, on donne de main à main, c’est plus chaleureux. C’était des fajitas avec des poivrons dessus. Il nous arrive aussi de donner des crêpes, des fruits, du carton ou des morceaux de trucs.

Au prochain concert le 9 octobre donc, je ramène mes couverts ou vous prévoyez autre chose ?

On ne sait pas toujours à l’avance ce qu’on va faire pendant notre concert. Si tu veux être bien préparée tu peux prendre : une moustiquaire, un parapluie et des bottes, une écharpe, de l’alcool, un cadeau pour tes parents, une carte routière, une boussole, une clé, une perceuse/visseuse et un livre.

A chaque rentrée, la ville de Dijon organise un concert gratuit généralement selon la trame suivante : un truc « pour les vieux » / un truc « pour les moins vieux » / un truc « pour les clubbers » avec respectivement en 2015 Etienne Daho, The Shoes et Club Cheval entre autres. Comment ta ville peut s'aligner face à ça ?

On aimerait bien qu’il y ait un événement « pour tout le monde » gratuit, avec de la nourriture à volonté et un bon système son. On inviterait Gigi d’Agostino, Alifer, The Horrorist, Jacques, Gargäntua, Brigitte Fontaine et nos amis.

Rich Aucoin, le mec avec vous sur l’affiche ce vendredi, avait joué au Consortium pour GéNéRiQ aussi il fut un temps (en 2012), comme vous. Et maintenant vous voilà tous à la Vapeur, dans une salle plus grande, au level sup' en somme. Ça vous fait quelque chose ?

On aime bien revenir dans une ville pour retrouver des têtes qu’on a déjà connu. Les histoires de capacité ça ne nous touche pas trop, jouer dans une petite salle c’est bien aussi parce que les regards se croisent plus facilement.

Qu'est ce que vous avez envie de dire à tous ces ploucs qui vous traitent de vendus depuis que vous êtes chez Barclay ?

Respect à eux, ils pensent ce qu’ils veulent, mais qu’ils ne s’inquiètent pas : on fait toujours ce qu’on veut comme on veut et on fait toujours notre musique en chaussettes dans notre chambre, en mangeant des pâtes au pesto le midi.

Les dernières tendances modes dijonnaises : les cheveux bleus, les semi-chignons dégueulasses et les jeans déchirés stratégiquement aux genoux ; et chez vous ça évolue comment ?

Euh…

L'event facebook de votre concert affiche environ 1000 personnes. C'est curieux car la capacité max de la salle tourne plutôt autour des 700-800. Disons qu'on case 50 fans sur scènes, le reste vous en faites quoi ?

Ça fait qu’il reste 150 personnes à caser ? On peut inventer un nouveau système de danse où chaque personne danse avec une personne sur ses pieds peut-être.

Dijon c'est la ville people par excellence : Yves Jamait, Vitalic, Basile Leroux... non en fait lui n'est pas connu mais il a joué avec tout le gratin de la variété française, super classe. C'est qui les stars de votre bled, hormis vous j'entends ?

Je ne sais pas si on a vraiment un bled, on vient tous d’endroits différents. Mais Vadim a croisé Philippe Katerine à la gare l’autre fois.